Zazen : seulement assis

Shikantaza, seulement assis, zazen, méditation assise.

Simplement assis dans la posture du Bouddha lorsqu’il connut l’éveil, sans suivre aucune pensée, sans objet, c’est le cœur de la pratique dans notre école, le recueillement pur et nu.

Shikantaza, seulement assis, zazen, méditation assise.

Simplement assis dans la posture du Bouddha lorsqu’il connut l’éveil, sans suivre aucune pensée, sans objet, c’est le cœur de la pratique dans notre école, le recueillement pur et nu.

Il ne s’agit pas de la méditation dans le sens de réflexion, telle qu’on la conçoit en Occident, mais plutôt de l’absorption méditative. On ne fait qu’un avec zazen, on abandonne, on laisse tomber le corps et l’esprit, c’est-à-dire évidemment tous nos soucis quotidiens, les ruminations mentales, mais également toutes les conceptions que l’on peut avoir sur le zen, le zazen, et on plonge totalement dans l’instant, qui est pure présence, sans rien. On se "dépouille du vieil homme", et on s’ouvre totalement à la réalité d’ici et maintenant.

De tout temps en Inde, les ascètes pratiquaient la méditation, mais ce qui caractérise zazen, c’est qu’il est directement relié à l’éveil du Bouddha, il est l’expression, la réactualisation de cet éveil.

Katia Kôren Robel. 

 

Français