Kanshoji - Les grandes célébrations de mars 2013

AAAA
Photo de groupe

Une fleur s’ouvre… Une nouvelle étape dans l’épanouissement du monastère zen Kanshoji…
Une graine germe, une plante grandit, elle produit des fruits qui eux-mêmes donnent des graines…
Les 5 et 6 mars 2013, ont eu lieu, sous la haute bienveillance de Donin Minamizawa roshi, le 10ème anniversaire de Kanshoji, l’inauguration du nouveau dojo et la cérémonie d’hossenshiki de Jifu Olivier Pressac.


Donin Minamizawa roshi et Taiun Jean-Pierre Faure, abbé de Kanshoji

Donin Minamizawa roshi est Vice-zenji de Eiheiji, abbé de Chuôji (Sapporo), et fondateur de Kanshoji. Il avait rencontré Maître Deshimaru au Japon et l’avait soutenu dans sa mission. À l’occasion de ces grandes célébrations, une délégation de moines de Eiheiji l’accompagnait. Plusieurs kyoshis européens et l’ensemble des responsables de l’AZI étaient aussi présents.


Cérémonie anniversaire des 10 ans de Kanshoji


Cérémonie du thé (Honsokucha)

En préambule à la cérémonie de hossenshiki, une cérémonie du thé est offerte à l’assemblée ; à cette occasion, le cas doctrinal est présenté, l’Abbé en donne un commentaire.
Ci-dessous, l’enseignement donné par Taiun Jean-Pierre Faure :

« On parle dans notre école du « Pic du Grand Héros où l’on s’assied en solitaire ». Dogen le présente comme la grande porte que prennent tous les bouddhas et patriarches.
S’asseoir sur ce sommet qui dépasse tous les autres, c’est faire l’expérience de la sublime solitude où tout bavardage entre soi et soi est anéanti ; s’offre à nous à ce moment-là une évidence, une large perspective où toute conscience discriminante est abolie. […] »


Hossenshiki

Lors de cette cérémonie, Jifu Olivier Pressac prit officiellement sa place de shuso, moine de premier rang. Il y exprima détermination, force et délicatesse.


Inauguration du nouveau dojo

En de telles occasions, les autorités administratives, les responsables de l’AZI et les principaux responsables de Kanshoji ont tenus chacun à dire quelques mots ; vous pouvez consulter leur discours ci-dessous :

Le président de l’AZI, Dokan Pierre Crépon :
« Il y a dix années, un petit groupe de personnes réunies autour de Taiun Faure décidait de s’installer en ce lieu. Cette installation se fit grâce à ce mélange d’effort et d’abandon qui caractérise la pratique de la Voie, soutenue par la foi dans le Dharma, la bienveillance du révérend Dônin Minamizawa et la bénédiction du Bouddha. […]»

Madame la Sous-Préfète : « […] Votre présence est l’expression du principe de laïcité, lequel n’est pas la négation de la religion. La laïcité est l’acceptation et l’ouverture, elle est protection et tolérance. […]»

Hosetsu Laure Scemama, vice-présidente de l’AZK :
« Nous aujourd’hui l’inauguration du nouveau dojo qui vient d’être achevé. Le dojo est le cœur de la vie monacale. C’est dans cette salle que nous pratiquons zazen, la méditation sans objet. Zazen, c’est faire une retraite en soi-même. Chacun est seul face à lui-même, mais en même temps, avec tous les autres. Dans le monastère également, nous pratiquons et nous vivons tous ensemble, seul et avec les autres. […]»

Taiun Jean-Pierre Faure, Abbé du monastère :
« Depuis que l’humanité existe, elle n’a cessé d’avancer en surmontant des crises. Celle que nous traversons aujourd’hui n’est pas seulement une crise économique et sociale, elle est bien plus une crise de l’esprit humain — la réponse qu’on lui donnera ne pourra pas être seulement scientifique ou technologique, et encore moins idéologique ; elle devra passer par une révolution de l’esprit humain. André Malraux, qui était à sa façon visionnaire disait : « Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas.
Nous devons faire grand cas de l’esprit avec lequel nous abordons les situations, l’esprit avec lequel nous cherchons des solutions nouvelles, l’esprit avec lequel nous nous adaptons au changement. […]»
 

 

 

Français